MENU
Aide Successoral Fragment life Partenariat Professionnel

Hommages

Restez informé(e) en consultant cette section régulièrement. Nous y inscrivons les dernières nouvelles, les récents événements et des chroniques se rattachant à notre Maison commémorative familiale.

Hommage à M. Clauide GIRARD

Hommage à M. Clauide GIRARD

Hommage à monsieur Claude Girard, lu par sa petite-fille Chloé, à la Maison commémorative familiale Fournier de Sayabec, le vendredi 29 novembre 2019, jour de la célébration commémorative. J’aimerais profiter de la cérémonie d’aujourd’hui pour vous partager nos souvenirs d’enfance, à François et moi, avec notre grand-père. Je veux essayer de faire un hommage à son image. Claude aimait les choses simples, il était facile d’approche et toujours de bonne humeur. Humoriste hors-pair, il avait le don de voir le positif en toute situation. Avec Claude, des activités de toutes sortes, on en a fait. Je me souviendrai toujours de nos cérémonies de mariage, avec nos accessoires essentiels, la bague et le voile. Claude, jouait aussi bien le rôle du curé que celui du mari. Il y avait aussi le jeu de la pharmacie, du médecin, de l’école ou encore celui de l’épicerie, où je jouais le rôle de la caissière pas très rapide, d’où mon nom de caissière : Agnès Longtemps. Vous vous doutez bien qu’à l’époque je n’en comprenais pas tout à fait la signification. Jouer dehors était une autre des spécialités de Claude. Il nous en a fait faire des balades en brouette, en tracteur à pelouse ou encore en camion. D’ailleurs, dans ce fameux camion, notre plus grand plaisir était de mettre la cassette en marche et d’écouter avec le volume au fond tout en chantant à tue-tête nos grands classiques : Lavez lavez ou Vroum vroum vroum sur mon p’tit bécik. Il en a passé du temps à nous fabriquer des tunnels dans la neige ou encore des jouets improvisés, comme des échasses en bois. Avec lui, c’était toujours spécial de nourrir les oiseaux ou d’aller à la pêche dans le ruisseau. Grâce à Claude, nous avons aussi développé nos habiletés en tir au fusil à plomb sur des cannes de conserve. Je vous avouerais que mes talents au tir ne sont jamais allés plus loin qu’au bout du rang deux. Claude, quand je repense à tout ça, je réalise à quel point tu étais un grand-père extraordinaire. Toujours disponible pour nous, tu étais le premier partant pour exécuter toutes nos folies. Tous ces souvenirs qui ont marqué positivement notre enfance, c’est ce qu’on gardera toujours de toi. D’ailleurs, preuve que les intérêts et les valeurs se transmettent d’une génération à l’autre, je suis aujourd’hui enseignante tout comme tu l’étais. Aujourd’hui je tiens maintenant à interpréter la chanson Je m’envolerai de Daniel Lavoie qui te représente bien.


Facebook Partager sur Facebook
Nous suivre