MENU
Aide Successoral Fragment life Partenariat Professionnel

Des funérailles, est-ce encore important de nos jours… ?

Des funérailles, est-ce encore important de nos jours… ?

Par Josée Jacques, psychologue Le 1er août 2018 Nous sommes à l’ère où de multiples transformations se font sentir dans notre société et ces changements touchent également le milieu funéraire ; ce qui me porte à croire que ces modifications sont sans doute la cause de bon nombre de nos questionnements dont entre autres : En période de deuil, est-ce encore important la tenue des funérailles? Auparavant, les gens n’avaient pas le choix de faire leur deuil, tout était prévu : l’exposition qui se faisait pendant plusieurs jours, le cortège, les funérailles à l’église, le réconfort de toute la communauté. De nos jours, souvent les personnes plus âgées oublient ou mettent de côté les rituels qu’ils ont bien connus dans le temps, par peur de déranger. Vous avez sans doute tout comme moi déjà entendu : « Je ne veux pas faire du mal à mes enfants … alors ils vont m’oublier et ils pourront continuer leur vie». L'appauvrissement des rites funéraires rend le deuil de plus en plus difficile à traverser pour ceux qui restent. À l’exposition du corps, il y a des parents, des amis qui viennent vous rencontrer, et vous faire raconter l’évènement de la mort ; et le fait de le raconter 15 fois, 20 fois est bénéfique considérant son effet «libérateur», parce qu’on ne raconte jamais une histoire de la même façon. De plus, la célébration commémorative fait partie des rites qui sont porteurs de symboles et soutien pour les personnes en deuil. Elle est également sans l’ombre d’un doute l’une des fonctions essentielles qui vous obligent à prendre le temps ou à vous donner le temps nécessaire pour intégrer cette nouvelle réalité. On aura beau vouloir changer et réinventer les choses ; même en considérant l’évolution de tout ce qui entoure l’être humain, cela ne veut pas dire que son ressenti et son état d’âme ont changé par rapport à la mort. Au contraire, à travers les temps, le décès d’un être cher sera toujours pour une famille, un moment difficile de l’existence et sera vécu comme un déchirement qui suscite souvent une multitude de questionnements sur notre propre mort et ce, peu importe à quel siècle nous naîtrons ou mourrons. Au même titre que ceux qui font le choix parfois trop rapide, de ne pas exposer le corps de l’être cher - ceux qui choisissent de ne pas faire de cérémonie funéraire ressentent souvent amertume et regret face au fait accompli. (Source : Dr. Alan D. Wolfet, Ph.D.) Quand tout semble s’écrouler autour de nous, les rites funéraires contribuent à nous faire retrouver une certaine stabilité.