MENU
Aide Successoral Fragment life Partenariat Professionnel

Hommage à Mme Rose-Aimée DUBÉ, LAVOIE

Hommage à Mme Rose-Aimée DUBÉ, LAVOIE

M. le Curé, chers parents, cher amis, Nous sommes honorés de votre présence, parce qu’en ce jour, nous disons un dernier au revoir à une grande dame, la 9ième d’une famille de 12 enfants et j’ai nommé : Dame Rose-Aimée Dubé. Aujourd’hui, je vous parle au nom de vos 15 enfants, de vos petits-enfants, leurs conjoints/conjointes mais aussi au nom de tes nombreux arrière-petits-enfants. Vous êtes née durant la première grande guerre en 1916, à l’aube d’un monde en pleine ébullition. Vous vous êtes mariée au début de la 2ieme guerre, en 1939, avec Julien Lavoie, qui nous a quittés en 1991 à l’âge de 80 ans. Vous avez laissé le chaud douillet de la maison paternelle pour vous établir définitivement à Ste-Irène en 1940. Ont suivi, des années de dur labeur, où saison après saison, la routine du travail sans relâche s’est installé pour que votre famille ne manque de rien. Nous nous souviendrons de vous comme étant une femme infatiguable qui peinait du matin au soir. Vous avez usées vos mains à laver le linge, à repasser, à tricoter, à coudre et à faire aller le métier à tisser. Vous avez usées vos mains à préparer des repas toujours délicieux et variés. Une cuisinière irremplaçable. Chacun se souvient de votre cipaille comme étant le meilleur et aimerait pouvoir y goûter encore une dernière fois. Vous avez usées vos mains à jardiner, sarcler et récolter notre petit coin de jardin. Vous avez usés vos mains à nous accompagner dans nos devoirs et leçons, à composer des textes et à corriger nos fautes de français. Rappelons-nous ici, que durant toutes ces années, sont nés 15 enfants. Vos conseils judicieux nous ont servis et nous servirons toujours. Rappelons-nous aussi vos dernières années passées à la résidence du Manoir des pignons. Vous avez su faire de ce lieu votre chez-vous et lorsque vous nous receviez, on ne pouvait pas se donner plus beau cadeau que votre présence. Vous ne demandiez rien d’autre qu’une marque d’affection, un sourire, et bien sûr, des nouvelles de l’un et de l’autre. Nous repartions heureux de ces petits moments de bonheur. Dame Rose-Aimée, vous aviez la foi et vous avez priée tous les jours pour votre grande famille. Nous poursuivrons le chemin que vous nous avez tracé. Le souvenir de votre amour, de votre fidélité, de votre dévouement, de votre force et de votre courage nous accompagnera. Il est le temps pour vous d’aller vous reposer. Nous savons que vous veillerez sur nous en compagnie de Julien, votre mari, et de votre fille Claire décédée en 1996, Benoit et Lucille en 2014, Jules en 2015 et tous les autres membres de notre grande famille qui nous ont déjà quittés. Nous te confions Seigneur, notre maman Rose-aimée et nous te demandons de l’accueillir quand elle frappera à ta porte. Reposez en paix et que la terre de Ste-Irène vous soit douce et chaleureuse. Nous vous aimons beaucoup. Vos enfants, Vos petits enfants, Vos arrières petits enfants.