MENU
Aide Successoral Fragment life Partenariat Professionnel

Nos souvenirs peuvent-ils s’envoler ?

Nos souvenirs peuvent-ils s’envoler ?

Par Nicole Pâquet, professionnelle en rituels funéraires le 23 janvier 2019 nicole@gfournier.com À chacun ses pensées, à chacun son attachement aux souvenirs qui sont voués aux êtres qui ont déjà fait partie de nos vies et qui aujourd’hui ne sont plus. Peu importe que ces souvenirs soient vagues ou plus élaborés dans notre mémoire, ils sont des plus précieux. Nos souvenirs peuvent aussi se faire plus clairs, se faufilant à travers d’innombrables objets qui meublent notre décor nous rappelant de bons moments passés auprès d’un être cher, un souvenir de vacances, un présent reçu à un moment bien particulier de notre vie, ou encore simplement par des objets représentant les traces des générations qui nous ont précédés. Et il est aussi probable que ce qui peut sembler être rien pour l’un, peut à la fois représenter tout pour quelqu’un d’autre. En voici un triste exemple, lorsque l’on pense un article qui a déjà fait la manchette de journaux, faisant référence à un homme qui s’est fait cambrioler et du même coup, s’est fait voler les cendres de sa mère qu’il conservait dans sa chambre depuis les 10 dernières années. Pour le cambrioleur, le contenu de cette boîte est sans doute, sans aucune importance, mais pour cet homme qui a été dépourvu des cendres de sa mère, il va de soi que pour lui, cela représente une perte inestimable. Ne trouvez-vous pas que ce fait porte à une grande réflexion par rapport à nos émotions, nos certitudes et à tout ce qui nous lie aux souvenirs des êtres qui nous sont chers. Dans ce cas, l’on parle des cendres d’une personne défunte qui est conservée à domicile suite à un décès. Il est reconnu que cette pratique peut être rassurante au cours des premières semaines qui suivent le moment du décès, mais qu’en revanche, cela peut aussi ralentir considérablement le processus du deuil. Ce ralentissement survient habituellement lorsque la personne endeuillée tend à maintenir une relation quasi vivante avec la personne décédée (avec l’urne contenant les cendres). Il est donc souhaitable que cette période ne devrait être que temporaire, le temps que nos émotions nous guident vers un détachement sain et salutaire? Il est entendu qu’il est propre à chacun d’entre nous de prévoir le moment où il sera venu le temps de poursuivre sa route en se réinvestissant vers de nouveaux horizons. Vous connaissez déjà l’existence de notre columbarium et de son utilisation, de la raison d’être d’un tel lieu et ce, au même titre que les cimetières. J’aimerais vous sensibiliser à l’importance de prévoir un lieu pour les cendres des êtres chers que vous conservez peut-être encore à domicile aujourd’hui et ce, depuis fort longtemps. Ne serait-il pas plus sage de prévoir un lieu commun à visiter où toute une communauté pourrait «se souvenir» ? Vous savez, se détacher de quelqu’un ne veut pas dire «l’abandonner», cela veut simplement dire «le laisser vivre, ailleurs et autrement», pendant qu’il peut exister libre et à tout moment dans nos souvenirs. INFOS Saviez-vous qu’une entreprise CERTIFIÉE en services funéraires se doit de démontrer qu’elle suit des procédures écrites qui couvrent les exigences relatives à la présentation du défunt ou de l’urne contenant ses cendres. - référence au document du Bureau de normalisation du Québec (BNQ 9700-699) article 5.9.1.


Facebook Partager sur Facebook