MENU
Aide Successoral Fragment life Partenariat Professionnel

Hommage à Mme Marie-Jeanne BOUCHARD, ROY

Hommage à Mme Marie-Jeanne BOUCHARD, ROY

Hommage à madame Marie-Jeanne-Bouchard, lu en l'église de Saint-Cléophas, le samedi 2 mars 2019, jour de la célébration commémorative. Hommage pour toi maman Un seul mot pour décrire cette femme FIÈRE , oui elle était FIÈRE. Elle était fière de son père PAUL BOUCHARD et de sa mère PHILOMÈNE BÉRUBÉ . Elle était FIÈRE de ses 8 sœurs, ses 6 frères, oui une famille de 15 enfants. Très jeune elle a appris rapidement le sens des responsabilités. Sa mère Philomène lui confia la garde du nouveau-né : sa sœur Lucille. Elle en était fière. Elle n’avait que 13 ans. Déjà une femme, une mère pour sa sœur Lucille et sa marraine. Pendant 7 ans, jour et nuit, elle était là pour elle. Même après son mariage, elle a amené sa sœur chez-elle à sa maison, car elle pleurait et s’ennuyait de sa mère. Quel beau geste d’amour ! Elle était fière de son mari, Marcel Roy et de la famille qu’ils ont fondée ; 2 filles et 7 garçons, oui 9 enfants ; elle en était fière. Elle était aussi très fière de ses 23 petits-enfants, ses 29 arrière-petits-enfants, de ses 7 brus et 2 gendres. Elle était également fière de son Robert Gendron, mari de deuxièmes noces. Elle était fière de nous offrir son bon pain de ménage et ses petites fraises des champs qu’elle avait cueillies. Elle était fière de nous préparer de bons repas. À Noël c’était toujours une grande fête. Généreuse et attentionnée, elle avait un cadeau confectionné de ses mains pour chacun d’entre nous. Elle en était fière. Elle était fière de nous confectionner des vêtements et des couvertures tissés de ses mains. Encore à 94 ans, question de se faire quelques sous, elle tricotait et vendait des bas de laine! La dernière paire de bas qu’elle a faite remonte à quelques semaines et elle en était fière. Que dire de sa passion pour le jardinage… Rien ni personne ne pouvait l’empêcher de faire ses semences à chaque printemps. Elle en était fière. Et ce jusqu’à son tout dernier printemps. Elle était toujours là pour nous protéger. Oui, elle était fière de ses enfants, nous étions tous ses « chouchous », qu’elle aimait dire en rigolant. Elle avait un caractère doux et chaleureux, mais elle pouvait aussi être foudroyante si quelques chose la contrariait! Il ne fallait pas la décevoir, car elle ne l’aurait pas accepté. Rien ne l’arrêtait sur son chemin. Toutes ces années n’ont pas été toujours faciles. Des accouchements difficiles à la maison avec sa mère PHILOMÈNE, notre grand-mère Bouchard , et pire encore ! À deux reprises, les bâtiments de la ferme et les animaux ont brûlés. Elle était seule à la maison, son mari étant parti au chantier. Malgré les épreuves et les déceptions de la vie, elle disait : « Je pardonne. Le bon Dieu va tout arranger. » Elle avait bien raison. Sa force lui a permis de continuer sa route. Elle peut en être fière. Les dernières années, elle avait de la difficulté à nous entendre et ces derniers mois, elle ne pouvait plus parler. Grâce à son sourire et ses yeux vifs, on entendait encore qu’elle était fière. Je voudrais dire un gros merci aux personnes qui étaient là au cours de ces dernières années. Votre présence et votre soutien, si important pour elle, ont fait en sorte qu’elle puisse garder sourire et moral. Vous devez en être fiers, elle le méritait. Un jour nous allons avoir la même FIN … Je me souhaite, je vous souhaite que vos enfants soient présents au cours des dernières années de votre vie. Ce sont souvent les années les plus difficiles. Cette femme dont je suis si fier, c’est ma mère. Maman, je suis fier d’être ton fils. Je suis fier de ton départ, tu le mérites bien. Je vais aller te rejoindre bientôt, à plus tard. Avec tout mon amour, merci maman et bon voyage!


Facebook Partager sur Facebook