MENU
Aide Successoral Fragment life Partenariat Professionnel

Hommage à M. Léo LABRECQUE

Hommage à M. Léo LABRECQUE

De ses fils Martin et Guy, hommage à monsieur Léo Labrecque, lu en l'église de St-Vianney, le samedi 2 mars 2019, jour de la célébration commémorative. Toujours prêt à aider, sans rien demander en retour ... Je crois qu'on pourrait résumer ainsi ce qu'était notre père. Conjoint de feu Martyne, notre mère, frère aîné de la grande famille Labrecque. Il était aussi un ami, un conseiller, un guide ou encore pour certains, un vieux sage, un frère adoptif, un deuxième papa ou encore à l'image universelle du grand-papa tant pour Magali et Marilou que pour d'autres enfants. De tout temps, il a été généreux. Il suffit de se rappeler sa première paye, lorsqu'il avait 13-14 ans, qui fut consacrée, semble-t-il, à l'achat d'un téléviseur pour ses frères et soeurs. Ou encore, les heures à s'impliquer dans sa communauté avec la Caisse ou encore comme pompier, marguillier, Chevalier de Colomb voir même sur les métiers à tisser. De tout temps, il avait une force intérieure pour réussir. Il suffit de se rappeler ses années aux compétitions de travailleur forestier. Il nous en a fait vivre des émotions avec son vieil ami Jules Lavoie. Ou encore dans les années 80-90, lorsqu'il a fait un retour aux études pour réussir son secondaire. De tout temps, il a essayé d'être un papa présent. Il suffit de se rappeler les heures passées à lancer la balle avec nous, à jouer aux cartes ou encore les soirées aux cours de karaté. Décidément, pour un papa né en 1938, il a été moderne à sa façon. De tout temps, il était habité par une honnêteté à toute épreuve. Il suffit de se rappeler les fins de semaines à rouler dans son Suzuki de l'époque pour débusquer les voleurs de plans ou pour mettre à jour une magouille. Il ne s'est pas fait que des amis, oh non ! De tout temps, il a su garder son coeur d'enfant. Il suffit de se rappeler son regard moqueur sur la vie. Sa propension à taquine, parfois à la limite de a susceptibilité de certains, jamais sans méchanceté, toujours avec son sourire espiègle. De tout temps, il prenait le temps de nous écouter ...Prenez quelques secondes pour vous rappeler son sourire, calme, taquin, attentif... Alors que a vie tend à ralentir, avec les années lorsqu'on avance en âge, notre père a choisi un autre chemin. Il a d'abord accompagné «sa Martyne» jusqu'au bout, il y a maintenant 10 ans. Ensuite, au lieu de baisser les bras, il a choisi de poursuivre son contrat, comme il le disait lui-même. Il a déjà dit : «Je continue pour 10 ans, après, on verra ...» Ces 10 années lui ont permis de vivre de grands moments avec sa famille et ses proches. Il a pu voir Martin trouver la conjointe parfaite pour lui. Il a pu découvrir les joies d'avoir deux petites-filles pleines de vie comme Magali et Marilou. Il a pu continuer à aider ceux et celles qu'il aime tout en réalisant ce qu'il avait toujours voulu faire à la retraire. Il a eu le plaisir de bûcher tranquille, la terre des Labrecque pour en faire une belle grande forêt où ses descendants auront le plaisir de marcher et de découvrir la nature. Aujourd'hui, chacun de vous gardera en mémoire des souvenirs de notre père. Pour ses petites-filles Magali et Marilou, elles continueront de chanter la chanson fétiche de grand-papa Léo pour les longues siestes dans ses bras : «Les anges dans nos campagnes....» Donnez-vous le droit de chérir ces souvenirs et dites à notre père : « À bientôt Léo !»


Facebook Partager sur Facebook