MENU
Aide Successoral Fragment life Partenariat Professionnel

Hommages

Restez informé(e) en consultant cette section régulièrement. Nous y inscrivons les dernières nouvelles, les récents événements et des chroniques se rattachant à notre Maison commémorative familiale.

Hommage à Mme Marie-Claire RIOUX

Hommage à Mme Marie-Claire RIOUX

Hommage à madame Marie-Claire Rioux, lu à la Salle des rituels de la Maison commémorative, le lundi 9 septembre 2019, jour de la célébration commémorative. Marie-Claire, Claire pour la famille, ou encore Ti-boss pour ceux qui ont grandi avec elle. Oui parce que, si je me fie aux histoires que j’ai entendues, sa détermination et sa tête dure, ça ne date pas d’hier. Tout au long de sa vie, si elle avait un projet, rien ne pouvait l’empêcher de le mener à terme. Elle n'avait pas peur de grand-chose et pas de permission à demander à personne. Elle ne comptait pas son temps pour aider les gens. Que ce soit pour nous apprendre à patiner, à peinturer une chambre ou une nouvelle maison, construire une galerie, s’occuper des animaux ou encore jardiner, elle était toujours là pour sa famille et ses amis. En plus, elle était bonne dans tout. Elle était l’un des femmes les plus indépendantes que nous avons connues de toute notre vie. Toutefois, nous avons tous été agréablement surpris de voir qu’un certain petit Marquis est venu accentuer son bonheur. Pour terminer, toute la famille vient de perdre un gros morceau. Il y a maintenant un grand vide dans nos vies qui ne se remplira probablement jamais. Un vide qui deviendra moins douloureux avec les années, mais qui restera toujours là. En espérant que son esprit de famille, sa détermination et sa passion pour la vie viennent teinter chacune des nôtres, pour que le souvenir de Claire, lui, reste bien vivant.


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à Mme Noëlla LESSARD, CHAREST

Hommage à Mme Noëlla LESSARD, CHAREST

Hommage à madame Noëlla Lessard, lu en l'église de St-Léon-le-Grand, le mercredi 11 septembre 2019, jour de la célébration commémorative. Chère maman, Tu es partie pour un long voyage. Probablement le plus long que tu n’auras jamais fait. Tu es partie rejoindre ceux qui te sont chers :ton mari, tes parents, tes frères et sœurs et toutes les autres personnes fantastiques que tu as côtoyées. Tu es partie, tu es délivrée. Aujourd’hui on aimerait te rendre un petit hommage pour la grande femme que tu es. Tu es partie en nous laissant la tête pleine de souvenirs, le cœur plein d’amour et des larmes sur les joues. D’aussi loin qu’on se souvienne, tu as toujours été là. Tu as toujours fait partie de nos projets. Une maison remplie de monde, une table pleine de bouffe, des rencontres et des rassemblements sans compter tes heures de travail, voilà comment s’est déroulée ta vie et la nôtre. Toi et papa, vous avez su nous transmettre les valeurs d’une famille unie dans l’amour. C’est un grand vide rempli d’amour que tu laisses en quittant ce monde pour un monde meilleur. On ne voulait pas te perdre c’est certain, mais on ne voulait plus te voir souffrir. Tu t’es toujours battue. Nombreux ont été tes séjours à l’hôpital, mais encore plus nombreuses ont été tes victoires. Tu nous inspires depuis toujours. Tu nous as montré à se battre sans relâche pour ce que nous désirons et tu nous as montré qu’on était capable de tout si on le voulait. Grâce à toi, on est devenu les personnes que nous sommes. Jusqu’à la fin tu es restée coquette. La fierté de toujours avoir les cheveux bien coiffés et toujours bien mise. La fierté de ne pas avoir de rides, la fierté de te faire dire comment tu es belle et surtout la fierté de tes enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants qui ont une grande place dans ton coeur. Aussi tu as plusieurs appellations, pour nous tes enfants c’est maman, pour tes petits-enfants c’est mamie, grand-maman, marraine, Mam Lessard, pour tes arrière-petits-enfants, c’est grand-maman Lala, grand-mamie et pour certains de tes gendres et de tes brus c’est belle-meman, mme Charest ou la belle-mère et toujours tes yeux s’allumaient quand tu les entendais t’appeler. Comme une battante, tu as eu une capacité incroyable à surmonter toutes les épreuves sur ton chemin. Nous savons maintenant que tu es bien là-haut, sans souffrance. Maman, tout doucement tu as pris ton envol. Entourée de ta famille comme tu aimais l’être. Tu es maintenant avec ton Robert, unis comme avant. Repose-toi, tu le mérites tellement. Ce n’est qu’un au revoir, un jour nous serons tous réunis. Bon voyage maman. On t’aime pour toujours xxx


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à monsieur Michel Bernier

Hommage à monsieur Michel Bernier

Hommage à monsieur Michel Bernier, lu par Guylaine Bernier sa sœur, à la Maison commémorative familiale Fournier-Sayabec, le samedi 7 septembre 2019, jour de la célébration, Hommage à mon p’tit frère Cher Michel, Le moment était venu pour toi de quitter cette terre. Ton passage sur celle-ci n’aura pas toujours été facile. Comme bien d’autres, tu as eu ton lot d’épreuves à affronter... La plus pénible aura sans aucun doute été le décès de notre sœur Micheline, décès dont tu t’es toujours senti coupable et qui aura marqué toute ta vie... mais c’était un accident... Aujourd’hui, je suis sûre qu’elle a été la première à t’accueillir de l’autre côté. J’espère que tu sauras maintenant trouver un peu de paix... Mais pour moi et bien d’autres j’en suis sûre, tu auras été une personne d’une grande humanité, quelqu’un au grand cœur, toujours prêt à dépanner et à rendre service... Tu avais, bien sûr, tes petits défauts, mais personnellement, il m’était très difficile de t’en vouloir bien longtemps. Et que dire de ton sens de l’humour! J’ai tellement de bons souvenirs de nos éclats de rire, de tes jeux de mots et de tes farces que je n’oublierai jamais. Rien qu’à te voir la face, avec tes p’tits yeux rieurs, on avait envie de rire. Comme on travaillait ensemble à la carrière, on a eu la chance de se côtoyer plus et même de préparer des vannes de pierre ensemble... tu étais l’un des meilleurs opérateurs de loader que l’on connaisse... d’une habilité sans pareille, les pattes de lift étaient comme le prolongement de tes mains. C’en était beau à voir. Malgré tes douleurs, tu as persisté à travailler presque jusqu’à la fin. Aujourd’hui, il est maintenant temps pour toi d’aller te reposer et de laisser ton âme s’envoler vers la lumière... Tu vas me manquer mon p’tit frère... Je ne te verrai plus passer en 4 roues et venir me saluer en passant... Mais on va se revoir mon Mike!!! En attendant, veille sur nous tous!!! Je t’aime et je t’embrasse !!!


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à M. Gilles BOUDREAULT

Hommage à M. Gilles BOUDREAULT

Hommage à monsieur Gilles Boudreault, lu en l'église de Ste-Florence, le samedi 24 août 2019, jour de la célébration commémorative SALUT MON GILLES, SALUT MON BOUDREAULT SALUT MON MARI SALUT MON AMOUR... Tout d’abord, on va mettre quelque chose bien au clair. Tous ceux qui le connaissent plus personnellement viendront confirmer que cela fait plus de 25 ans que Mon Boudreault demandait cet hommage à son décès. Ne soyez pas mal à l’aise. Gilles et moi n’avions aucun secret, aucune retenue face à ce sujet. On n’en parlait même sous forme d’humour…. Et bien soit, je vais réaliser ce vœux tant désiré, car il le mérite, car c’est un homme exceptionnel et il a droit à un hommage exceptionnel. Ceci étant dit, il en avait déjà reçu un en août 2008 (lors d’une opération majeure qui comportait quelques risques. il avait de fortes inquiétudes et croyait que je ne me réveillerais plus, et celle de notre mariage du 22 juin dernier. Mais on dirait qu’il n’était pas rassasié vraisemblablement. En effet 50 jours après m’avoir fait SA FEMME, il en redemandait. On se croirait vraiment dans un film digne d’une histoire vraie et digne de mention Donc je vais rendre hommage à; Cet homme extraordinaire et spécial que j’ai rencontré un certain 12 février 1984 Cet homme d’un charisme et d’un charme assez spécial pour que je craque pour lui; Cet homme honnête qui ne m’as jamais caché l’existence de sa vie antérieure; Cet homme bon, d’une générosité extrême, d’un cœur à deux pattes, d’un solide partenaire de vie; Cet homme qui a travaillé sur lui-même pour me donner que le meilleur, et lorsqu’il se présentait dans son pire, on rajustait les tirs; Ce père qui a tout fait pour mettre en sécurité ses enfants de différentes façons; Ce père qui s’est trop souvent inquiété sans pouvoir faire quoi que ce soit; Ce père tant attentionné qui a apprivoisé à nouveau le titre de PAPA, de TI-PÈRE Ce père de remplacement ou il a essayé de donner le meilleur de lui-même en conseil, en support et en réconfort; Cet ami tant dévoué et loyal sur qui, on pouvait compter; Cet ami qui aimait fraterniser, partager, rassembler; Ce grand amour, ce grand complice ou j’ai eu que le MEILLEUR de lui, malgré ce que toute vie a deux peut amener comme obstacles et épreuves dans notre cas 35 années... Je pourrais encore et encore vous le décrire, mais vous avez tous une histoire sur lui, une anecdote bien enfouie en vous qu’elle soit drôle ou triste, ou voir même significative Ce que je peux vous certifier Famille, Amis, collègues, confrères, concitoyens (es), c’est que j’ai dû apprendre la plus triste leçon de vie… Je sais qu’aujourd’hui que j’avais une mission spéciale depuis le 25 juin 2017 et c’était d’amener tout doucement sans que je n’en prenne vraiment conscience, d’amener mon amour où il est en ce moment. Toutes les planètes s’étaient alignées pour en arriver à ce fameux 10 août 2019, 19 h 10 heures où son décès a été constaté. Tout était planifié d’avance en commençant par cet AVC, suivi de ma demande de mariage qu'il a acceptée, poursuivi de son support, sa loyauté son inquiétude lorsque ma santé mentale a fait défaut. Il a pris a sa charge ma sécurité. Ensuite le mariage arrivé, les rituels spéciaux, entre autre la cérémonie des sables représentant sa vie antérieure et présente et cette fameuse envolée de papillons. Celle que je devais exaucer pour nos êtres chers. A ce moment précis, je n’ai jamais pensé un seul instant que je préparais tout en douceur et inconsciemment l’envol de mon amour. Ainsi allait la vie dans ce sens... Ne soyez pas tristes, voyez-le autrement, rappelez-vous que nous avons eu une belle vie, jusqu’à cette journée du 10 août, et nous en avons vécu ensemble plusieurs beaux moments, plusieurs belles rencontres et de drôles d’anecdotes. Cependant, ce que nous avons vécu de plus beau dans toute notre vie de couple, c’est ce 22 décembre 2016 qui a bouleversé nos vies soit la naissance de notre petit-fils Rayane. Il nous a fait connaître le bonheur d’être grands-parents et de participer activement à son cheminement et DIEU sait que nous avons été gâtés par la vie…. jusqu'à son dernier jour. JE DEMANDERAIS À; PASCAL, JESSY, NANCY, DANY MICHAEL ET JOSIANNE de vous lever,…….. Tournez-vous vers l’assemblée, SALUEZ LA TÊTE ET ENSUITE REGARDEZ-MOI … Sachez que Gilles Boudreault votre père, vous a aimés à sa façon, s’est souvent inquiété à savoir si vous étiez bien, si la vie ne vous avait pas trop malmenés, si vous aviez pris la bonne direction dans vos vies respectives. Sachez aussi qu’il aurait aimé vous présenter comme je le fais aujourd’hui. Je réalise ENFIN ce vieux rêve secret et enfoui intérieurement depuis toujours. C’EST MAINTENANT CHOSE FAITE. PAR AILLEURS, SI je pousse mon intuition à moi, sachez qu’il aurait aimé vous savoir unis et que vous tissiez graduellement ce lien d’appartenance entre vous six. Ce sera à vous seul de décider la suite de votre histoire de famille et ce, sans obligation pour y poursuivre son histoire à lui. POUR TERMINER je ne remercierais jamais assez LA VIE, de me l’avoir prêté pendant ces 35 années. Aujourd'hui, je dois bien malgré moi le remettre dans les bras de l’au-delà. A d'autres de profiter de son essence exceptionnelle. J'ai un message qui m'a été inspiré, pendant ces 13 journées intenses de deuil et ma mission est de vous la partager à tous... Vivez le moment présent intensément comme si c'était le dernier instant de votre vie. Réglez vos choses, vos papiers, vos malentendus qui perdurent depuis des années. On ne sait pas ce que l'avenir nous réserve. Il vaut mieux avoir le coeur léger que lourd que d'avoir des regrets. N'oubliez jamais avant de partir de dire à vos proches un «Je t'aime», «Fais attention à toi». Car on ne sait pas ce que la vie a décidé de votre destin. Ma mission est terminée, j'ai un autre chapitre de ma vie qui vient de commencer. Par contre, JAMAIS JE NE L’OUBLIERAI, IL M’HABITERA POUR LE RESTE DE MA VIE... JE T’AIME MON AMOUR… TA FEMME... PRIÈRE INDIENNE (Quand je ne serais plus là) Quand je ne serai plus là, Relâchez-moi, Laissez-moi partir, J’ai tellement de choses à faire et à voir Ne pleurez pas en pensant à moi, Soyez reconnaissants pour les belles années, Je vous ai donné mon amitié, Vous pouvez seulement deviner Le bonheur que vous m’avez apporté. Je vous remercie de l’amour que chacun m’avez démontré, Maintenant, il est temps de voyager seul. Pour un court moment vous pouvez avoir de la peine. La confiance vous apportera réconfort et consolation. Nous serons séparés pour quelque temps. Laissez les souvenirs apaiser votre douleur, Je ne suis pas loin, et la vie continue... Si vous avez besoin, appelez-moi et je viendrai, Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher, Je serai là, Et si vous écoutez votre cœur, Vous éprouverez clairement La douceur de l’amour que j’apporterai. Et quand il sera temps pour vous de partir, Je serai là pour vous accueillir. Absent de mon corps, Présent avec Dieu. N’allez pas sur ma tombe pour pleurer, Je ne suis pas là, Je ne dors pas, Je suis les mille vents qui soufflent, Je suis le scintillement des cristaux de neige, Je suis la lumière que traverse les champs de blé, Je suis la douce pluie d’automne, Je suis l’éveil des oiseaux dans le calme du matin, Je suis l’étoile qui brille dans la nuit, N'allez pas sur ma tombe pour pleurer, Je ne suis pas là, Je ne suis pas mort. Hommage à monsieur Gilles Boudreault, lu en l'église de Ste-Florence, le samedi 24 août 2019, jour de la célébration commémorative À mon ami Gilles, Que dire de Gilles, je pourrais en parler pendant des heures, mais on va s'en tenir à l'essentiel. Un beau-pêre fantastique, un ex-beau-père compréhensif, un ami dévoué et aussi un ami pour moi. J'ai connu Gilles en 1994, je l'ai aimé tout de suite avec ses rires et ses jokes. Nous sommes devenus proches très vite car on avait beaucoup de choses en commun. Il m'appelait souvent pour jaser et prendre de mes nouvelles. On jasait de tout et de rien. On planifiait la prochaine saison de chasse. Gilles aimait bien que je lui apporte de vieilles choses à retaper surtour des pièces de cuivre qu'il aimait frotter. Il disait : «J'aime ça, je les frotte en fumant un bon cigare». Je voyais dans ses yeux que cette petite attention lui faisait grand plaisir. J'ai subi au cours des années, quelques problèmes de santé et Gilles était toujours là pour me supporter dans ces épreuves. Il me disait : « Tu vas passer au travers, t'es fait fort ». Un jour, il m'a pris sous son aile pour recommencer la saison de chasse. On a passé beaucoup de temps à discuter de ce sport qui nous passionnait tous les deux. Il m'a enseigné pas mal tout ce que je sais . J'aurais aimé qu'il m'apprenne plus encore. Je sais qu'il sera toujours derrière moi pour me guider dans mes choix de chasseur et qu'il me fera un petit clin d'oeil pour m'indiquer la marche à suivre. Tu sais mon ami, on en a eu des beaux moments en montagne à discuter et à construire des «watchs» ensemble pour faire de notre territoire de chasse, ce qu'il est maintenant. Je sais que tu étais fier de ce que nous avons construit car tu m''en parlais souvent. Des automnes, on en a fait beaucoup et le plaisir qu'on a eu à faire à croire plein de choses à Mario. C'était le bon temps. Pour moi Gilles, tu étais un modèle exemplaire et pour plusieurs aussi. Tu étais tellement fier de ta fille Josianne et de ton gendre Nabil qui chassait avec nous et quand tu m'a appelé pour me demander si Éric pouvait se joindre à nous,tu étais tellement heureux que ton gendre Éric et ta fille Jessica se joignent à nous aussi. Gilles avait aussi très hâte d'enseigner la chasse à son petit-fils Ryan. Ne t'en fais pas Gilles, il sera bien entouré et on va tous lui enseigner et toi, tu seras là pour le guider et le protéger. Pour terminer mon ami, je te fais la promesse de prendre soin de tous les êtres chers à tes yeux qui en auront besoin et de guider notre groupe comme tu l'aurais fait, tous unis ensemble dans un même groupe. Mon ami Gilles, je ne t'oublierai jamais et tu resteras gravé dans mon coeur et ma mémoire à jamais. Salut Gilles et veille sur nous tous.


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à M. Paul-Arthur Bérubé

Hommage à M. Paul-Arthur Bérubé

Hommage à monsieur Paul-Arthur Bérubé, lu en l'église de St-Tharcisius, le samedi 27 juillet 2019, jour de la célébration commémorative. Rendre hommage à Paul-Arthur, c’est rendre hommage à l’agriculture, au labeur constant et à la fierté du travail accompli. Oui, en effet, c’était un homme persévérant qui trouvait réconfort dans l’amour de la terre, dans le respect de la nature, de la forêt, des animaux. De la persévérance, il en fallait. Pensons particulièrement à l’incendie de la grange à deux reprises. D’abord en 1969, où son père était encore propriétaire et en 2008, alors qu’il venait à peine de changer la vocation de la ferme. Du courage, de la patience, il en fallait dans ces moments de dures épreuves. Toute sa vie, Paul-Arthur aura travaillé à améliorer la ferme afin d’en faire un magnifique domaine où toute la famille aimait se rencontrer. Avec une approche perfectionniste, rien d’étonnant de constater la qualité de ses champs, autant pour le foin que pour les récoltes des grains à l’automne. Il aimait ces temps de l’année. Il appréciait aussi bûcher, accompagné de Serge. Dès son jeune âge, il avait appris à travailler avec les chevaux. C’était des bêtes qu’il affectionnait. Il s’en était même procuré dans les dernières années. Malgré le travail d’une étoile à l’autre, Paul-Arthur savait se rendre disponible. Dans ses gestes et ses actions, on pouvait reconnaître la personne dévouée et sensible qu’il était. Fier, fier, ça oui, il l’était! Fier de sa machinerie agricole, entre autres, de ses tracteurs neufs et de son puissant Dodge Challenger. Ses frères et soeurs aimaient bien le taquiner à ce propos, surtout Serge avec qui il travaillait depuis longtemps. Demeurant en Abitibi, Brigitte aimait également rigoler avec lui par téléphone. Ses neveux et nièces venaient faire leur tour à la ferme à l’occasion et pouvaient jaser avec leur oncle en prenant une petite bière. « Hé, Véronique, t’es bonne pour une autre! » Tout comme Julie qui aimait prendre des nouvelles de son oncle, Isabelle, d’aussi loin que l’Alberta, lui parlait de ses printemps hâtifs et de son potager qui poussait, alors qu’ici, les semences commençaient à peine. Quant à Laurie-Anne, personne n’a jamais réellement su ni comment, ni pourquoi, elle a toujours réussi à faire rire son oncle Paul-Arthur. Au cours des dernières années, Paul-Arthur a pu profiter de voyages dans le Sud. En bonne compagnie, il aimait bien prendre un petit verre. C’était un bon vivant. On se rappelle qu’il était heureux de participer aux fêtes du 50e et du 75e anniversaire de la paroisse, dans le défilé par exemple. Avec le temps, il a gardé ses terres pour s’occuper. Jusqu’à récemment, il a programmé les cultures de ses champs. Un peu de VTT, un peu de raquettes, Paul-Arthur a toujours été actif, vaillant. Au printemps, lorsqu’il a appris le diagnostique, il espérait qu’avec les traitements, il guérirait. Il était serein, résilient et avait un bon moral. Son goût de vivre l’invitait à y croire. Jusqu’à la fin il aura fait preuve de courage. Samedi dernier, lorsque Louise et Marthe l’ont laissé, Paul-Arthur les a regardées, mais elles ont senti que c’était au-delà d’elles, plus loin qu’il regardait. Elles savaient que c’était la dernière fois… Ton départ, Paul-Arthur, cause bien de la tristesse et du chagrin en particulier pour tes frères et soeurs: Marthe, Joseph-Marie, Carmel, Louise, Serge, André, Brigitte et Marguerite. Tu vivras toujours dans nos coeurs. Nous t’aimons. Merci d’avoir fait partie de notre vie. Nous te souhaitons un beau parcours dans l’autre dimension. Cette dimension qui est d’Amour, de Paix, de Sérénité et de Compassion… ——————— Texte de Martin Léon intitulé: Je redeviens le Vent J'ai quité mes amours J'ai quité mes amis Sans nous désunir J'ai quité mon parcours J'ai quité aujourd'hui Je deviens souvenir Je redeviens le vent… Je fais voler l'oiseau Je fais chanter l’océan Invisible à nouveau J'habiterai le printemps Dorénavant J’ai quité mon labour, ma peau, mon sang Je redeviens le vent… Je n'ai plus d'avenir Je n'ai que tout mon temps Tel un premier désir Tel un soleil levant Pour toi éperdument Ce n’fut qu'un court instant Je redeviens le vent…


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à M. Jean-Marie Bérubé

Hommage à M. Jean-Marie Bérubé

Hommage à monsieur Jean-Marie Bérubé, lu en l'église de St-Vianney, le samedi 27 juillet 2019, jour de la célébration commémorative. Grand-papa c'est déjà l'heure du départ, et même si tu as eu une longue vie nous aurions voulu te voir rester encore quelques années. Mais pendant toutes celles passées tu as eu 5 enfants et 13 petits-enfants pour qui tu as cuisiné les meilleurs tournedos et carrés aux dattes que nous ayons mangés. Tu as travaillé comme bûcheron, tu as été un joueur d'accordéon pour faire chanter et danser les gens qui étaient à tes cotés. De plus, pour mettre de la joie au cœur, tu as même été un blagueur. Comme tu étais très généreux, tu as été disponible pour les personnes âgées et les enfants en étant pour eux, un transporteur bénévole chaleureux. De ces bons cotés de toi, j'espère qu'ils nous en restera. Au revoir, nous ne t'oublierons jamais. Fanie et William


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à M. Onil POIRIER

Hommage à monsieur Onil Poirier lu à la Maison commémorative familiale Fournier, le mercredi 17 juillet 2019, jour de la célébration commémorative. Bonsoir à tous! Mon père c'est battu pendant 10 ans au plus profond de lui-même pour pouvoir passer plus de temps avec tous ceux qu'il aimait mais malheureusement la maladie a gagné contre lui! Je voudrais si possible, pour vous, que sa pensée puisse se poursuivre malgré son décès en donnant à la Fondation d'Alzheimer pour qu'il n'est pas souffert tout ce temps pour rien, car personne d'entre nous n'est à l'abri de cette maladie! Cet homme au grand cœur pourra ainsi poursuivre son rêve pour le bien-être de tous, malgré son décès! Toute cette force physique que tu avais pour rester auprès de nous. On va l’avoir transformé en cet arbre très robuste (tout comme toi) en érable majestueux, pour nous encourager à mieux comprendre et réaliser ce que le mot persévérance peut signifier! En te voyant grandir de nouveau à travers vent et tempête et en nous démontrant toute la beauté de ton âme à travers ton merveilleux feuillage (très jolie idée de ta petite fille Jessica). Et en passant, ne t’inquiète pas pour ta chère épouse et ton petit-fils Dylan, car je vais en prendre soin du mieux que je peux et Dylan aussi envers ton épouse, notre chère maman et grand-maman ! Jusqu’au jour où on pourra tous te serrer la main de nouveau à tes côtés. Ton fils Steve MERCI pour tout papa et quitte nous en paix car ta famille ne t'oubliera jamais! (On n'a la chance, qu'avec les dons, de ne jamais avoir cette maladie qui nous ferait t'oublier!) je T'AIME et bon voyage on va se revoir un jour!


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à M. Roland DROUIN

Hommage à M. Roland DROUIN

Hommage à monsieur Roland Drouin, lu en l'église d'Amqui, le samedi 29 juin 2019, jour de la célébration commémorative. Bonjour, J’ai connu Cécile et Roland en 2003 lors d’une formation. Et ce fut le début d’une belle amitié. Que dire de Roland? De mon point de vue, il était un homme qui transpirait l’amour. Il suffisait de regarder ses grands yeux bleus et son sourire pour être enveloppé de sa tendresse et de sa bonté. Malgré les souffrances des dernières années, il ne se plaignait pas. Il laissait voir le meilleur de lui-même. Il était naturel pour lui de toujours voir le positif même face à certaines difficultés. Sa foi était inébranlable. Il incitait ses médecins ou tout autre aide médicale à trouver de nouvelles solutions. Et il a souvent défié les pronostics non encourageants. Grâce à ce positivisme, à l’amour de sa famille et de ses amis, il a remporté plusieurs victoires contre la maladie, sauf la dernière. Roland aimait s’entourer. Il aimait partager ses connaissances. Il adorait parler de ses années d’enseignement, surtout en mentionnant certains élèves qui l’ont marqué. Quand les gens se plaignaient, il essayait de semer des graines d’espoir pour que ces personnes retrouvent une certaine sérénité et continuent d’avancer. Il comptait beaucoup sur sa Cécile qui le connaissait mieux que lui-même. Elle était sa force, sa raison de vivre, son bonheur. Elle était son épouse, sa meilleure amie, sa confidente, son pilier. Sa famille était sa plus grande fierté. Il était toujours disposé à les écouter et tentait de les réconforter lorsqu’ils en avaient besoin. Il pensait constamment à son fils Christian, à sa belle-fille Mélanie et à ses 2 petits-fils Maxime et Pascal. Il souhaitait le meilleur pour eux. Il savait qu’ils resteraient unis et qu’à leur tour, ils se bâtiraient une vie heureuse comme la sienne a été. Roland, il est maintenant temps de te dire AU REVOIR. Repose en PAIX. Tu as eu une vie bien remplie et tu as été important pour toutes les personnes qui ont croisé ton chemin. Tu continueras de vivre dans nos cœurs.


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à Mme Jeannine Cyr

Hommage à Mme Jeannine Cyr

Hommage à madame Jeannine Cyr, lu en l'église de Lac-Humqui, le vendredi 28 juin 2019, jour de la célébration commémorative. Les grandes avenues de la Vie sont toujours tracées. Elles sont faites de gravier, de terre battue, de sable, de verdure ou aussi en asphalte. Trop souvent le merveilleux homo sapiens actuel prend des routes rudimentaires. Il peut passer de nombreuses années de son existence à utiliser les voies de service avant d'oser prendre enfin, l'autoroute du bonheur et du bien-être intérieur. C'est un peu ce qu'a choisi notre amie Jeannine pour une bonne partie de son existence. Lorsqu'en 1930, elle eut à consulter les astres en présence de ses guides, pour son retour sur terre, elle misa sur un couple tout aussi aimant et fort, dans un contexte pas plus doré que celui de son futur conjoint. Elle attendrait une sixième grossesse d'Antoinette pour faire son entrée triomphale même si déjà les événements tragiques commençaient à se succéder pour cette famille coriace. Jeannine croyait peut-être que c'était son ultime chance pour terminer toutes ses expérimentations terrestres. Alors, il va s'en dire qu'elle y a mis le paquet. Même si très souvent elle a pris des bouchées un peu trop grosses, rares furent les indigestions seulement quelques écoeurantites à différentes périodes de son existence. Jeannine aussi possédait deux anges dès sa naissance qui l'aideraient à se protéger d'éventuels ennemis, des personnes méchantes et calomniatrices ainsi que celles qui pourraient l'attaquer injustement. Pour ce faire, elle possédait un atout majeur lui permettant de propager des lumières de joie, de bonheur et de liberté à son entourage. Aussi, Jeannine bénéficierait de l'influence d'un rayonnement de paix et de justice qui lui permettrait d'aimer les sciences, les arts et d'une bonne possibilité de se distinguer dans la littérature. Son deuxième ami céleste lui permettrait d'expérimenter l'amour pour les voyages et les plaisirs de la vie en plus de l'amour compassion et inconditionnel via un cœur sensible. Certes, Jeannine a su relever plusieurs défis parfois même au-delà de ses forces physiques. Au lieu de la nature, elle a su mélanger l'utile à l’agréable : faire beaucoup avec peu. Ce réel et immense défi à relever quotidiennement, d'autres femmes comme elle, avaient à le dépasser. Peut-elle dire aujourd'hui que c'est chose faite? Oh, oui et même beaucoup plus que la vie actuelle lui en demandait. Inconsciemment, elle a déjà mis en place des redevances pour une prochaine existence. Il nous suffit de fermer les yeux pour sentir encore dans nos foyers respectifs l'odeur des mets qu'elle cuisinait si habilement. Il nous suffit de regarder des photos pour revoir les différents vêtements cousus et taillés plus souvent qu'autrement dans du vieux que du neuf. Et pourtant, chacun des morceaux semblaient sortis du magasin. La touche personnelle démontrait une note de mode digne de haute couture. Combien de mères comme toi, auraient pu devenir un designer célèbre ? Presque toute ou encore, un bon lot d'entre elles. Il nous suffit de fermer les yeux pour se souvenir que tu étais toujours présente pour expliquer les nombreuses règles de grammaire, de catéchisme, de géographie, d'histoire et de mathématique. Et ceci est sans compter les nombreuses idées mises sur papier pour l'une des centaines de compositions ou travaux de recherche à remettre pour le lendemain et que tu avais la magie de tout replacer en ordre. Sais-tu jusqu'à quel point tu as utilisé la magie des dieux et des fées tout au long de ces années de femme, d'épouse, de mère, de conseillère, de thérapeute, d'artisane, d'artiste, d'écrivaine, de comptable, de secrétaire, d'enseignante ? Et la liste ne s'arrête pas là. Que de foi, de volonté et de force, il t'en a fallu pour réunir toutes ces facettes de ta personnalité en une mère et une grand-mère si intense et merveilleuse! Depuis le départ des enfants, elle ne cherche pas d'avantage à occuper ses temps libres. Il y a toujours son appétit insatiable pour les tricots, les petits points, les pièces de tissage, de couture et autres à travers les chiffres de la ferme, les factures, les lettres pour les diverses personnes du village, etc. Et de fil en aiguille, Jeannine put donner une certaine vie mais surtout un héritage à ses concitoyennes en publiant quelques écrits sur les naissances, les mariages et les décès reliés aux habitants de sa communauté. Et il semble que les idées continuent de fleurir. Pourquoi pas? Se tenir occupé d'une façon raisonnable permet de conserver le moral et la santé tout en voyant la vie avancée... avec ses doses de douceur, de paix, de sérénité, de facilité et de joie. Elle continue de peindre ses jours en compagnie de la nature, d'une forme de méditation tout en explorant une forme différente de prières et de spiritualité où elle peut rejoindre quasi instantanément les êtres célestes de ses rêves Merci à toi, Maman. Même si nous sommes entourés de super technologies, elles ne peuvent transmettre l'amour pur d'une mère, la chaleur de son cœur et de ses bras, un baiser sur le front de l'enfant qu'elle endort, des bras qui savent nous réconforter et nous bercer, de ses mains qui préparent les repas, qui t'aident à marcher, un cœur qui te guide et t'aime, des oreilles qui prennent le temps de t'écouter, de cette personne aux mille talents, à cette femme, cette mère qui te montre à lire et à écrire, qui ne se lasse pas de répondre à tes questions, et la liste peu s'allonger énormément. Pour tout ce temps où nous avons pu bénéficier de ta présence, Maman, pour tout ce que tu as su donner à chacun d'entre nous. Du plus profond de nos cœurs : un merci à la grandeur de l'infini. L'amour de tes 12 enfants, tes 19 petits-enfants et 10 arrière-petits-enfants t'accompagnent pour l’éternité


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à M. Lionel DEMERS

Hommage à M. Lionel DEMERS

Hommage à monsieur Lionel Demers, lu par sa petite-fille Sabrina Demers, en l'église de Sayabec, le samedi 8 juin 2019, jour de la célébration commémorative. Bon matin à tous, Aujourd’hui nous sommes réunis ici afin de bien terminer la vie d’un grand homme. Lionel Demers toi, mon grand-père, qui malgré la distance qui nous a séparés, est toujours resté à l’affût de ma vie. Tu sais malgré notre histoire plutôt particulière, j’ai eu de la chance d’avoir un grand-père comme toi. C’est vrai, nous n'avons pas eu l’occasion de se voir aussi souvent que l’on aurait désiré, mais chaque petit moment a formé nos grands souvenirs. Par exemple, tu ne te faisais pas prier pour que l’on partage un petit « Dixie Lee » qui pour toi, était un vrai délice. Laissez-moi maintenant vous démontrer la preuve que ce grand travaillant porte bien son prénom: Premièrement, l’acrostiche de Lionel L ’amour: Cette valeur était bien présente chez-lui. La preuve, il à dépassé les noces d’or avec sa bien-aimée et a eu 5 beaux enfants. I rremplaçable: Tu étais unique et maintenant que tu nous à quittés, personne ne pourra te remplacer O ccupé: Il fut un temps qu’avec le chalet, ta terre à bois, ton travail, ta famille, etc. tout cela te tenait très occupé. N oble: tu restais toi-même, ne te prenais jamais pour quelqu’un d’autre et restait simple. E ngagé: tu t'es impliqué durant plusieurs années dans les Chevaliers de Colomb, t’étant même rendu le Grand chevalier, dans tes emplois que ce soit à l’usine Uniboard, dans les forêts ou à la ferme. Et finalement , L ié: Tu étais assurément très lié à ma chère grand-maman. Deuxièmement, l’acrostiche de Demers Car une des choses qui lui tenait à coeur était sa famille. C’est donc pour cela que nous devrions être fiers de porter chacun notre nom. Voici quelques mots qui rejoignent bien selon moi notre famille. D ébrouillardise: Nous sommes tous débrouillards chacun à notre manière. E fficacité: maintenant lorsque nous commençons une tâche ou une action, nous l’effectuons bien et jusqu’au bout. M éthodique: Nous avons tous notre façon de faire avec nos petits tocs. E conomie: Tu nous as bien transmis la valeur des choses et de l’argent. R usé: Nous savons tous à notre façon tirer notre épingle du jeu Et finalement, S ociable: En effet nous aimons tous accompagner notre quotidien de rencontres, le tout jumelé d’une petite jasette. Sache que je pense à toi et à ton nouveau chez-toi, veille sur nous. Finalement, c'est maintenant le moment d’aller rejoindre ta douce Madeleine, ma très chère mamie qui vous a confectionné votre petit nuage tout chaud. Danser comme vous faisiez dans vos bonnes habitudes du samedi soir. Comme disait Victor Hugo « Vous n’êtes plus là où vous étiez, mais vous êtes partout où je suis » Merci Hommage à monsieur Lionel Demers, par ses petits-enfants Jonathan, Gabrielle et Janie en l'église de Sayabec, le samedi 8 juin 2019, jour de la célébration commémorative. Comment décrire papi et bien tout simplement Papi un homme bon, un homme fier, un homme de cœur, un homme de principe, un homme dévoué, un homme qui a donné sans compter pour le bonheur et la réussite de sa famille. Un homme que la vie n'a pas épargné puisqu'elle le priva beaucoup trop tôt de la présence de ses parents. En effet, à peine âgé de 14 ans son père décéda suivi beaucoup trop vite du décès de sa mère puisque seulement 5 années s'écoulèrent entre ses 2 pertes inestimables. Il devient donc très jeune autonome et responsable. Jonathan Heureusement la vie lui sourit au début de sa vingtaine puisqu'il rencontra Madeleine, son amie de coeur, son amoureuse, sa compagne de vie, notre mamie qu'il épousa à l'automne 1962. Ensemble ils s'installèrent tout deux sur la ferme et ils fondèrent leur famille. Depuis longtemps déjà la terre et le bois font partit de son quotidien. Ce n'est qu'en 1984 qu'il se dirigea comme ouvrier à l'usine Panval de Sayabec et y œuvra jusqu’à sa retraite. Gabrielle Sociabiliser et jaser un brin il aimait bien. Il adorait d'ailleurs ses petites soirées de l'âge d'or où en plus, il en profitait pour danser et faire valser sa douce moitié. Pour décompresser il adorait se reposer au lac et se ressourcer. Souffrant d'emphysème sévère, ses dernières années furent plus pénibles. Aujourd'hui, il peut à nouveau souffler normalement et paisiblement. Il a maintenant rejoint ses parents, sa famille, ses amis et mamie, sa complice, son «helper», son bras droit et croyez-moi ça ne sera pas de tout repos puisqu'elle l'attend, outillage à la main, pour cultiver ensemble le plus beau des jardins. Janie


Facebook Partager sur Facebook
Pages :
Nous suivre