MENU
Aide Successoral Fragment life Partenariat Professionnel

Hommages

Restez informé(e) en consultant cette section régulièrement. Nous y inscrivons les dernières nouvelles, les récents événements et des chroniques se rattachant à notre Maison commémorative familiale.

Hommage à M. Paul-Émile VILLENEUVE

Hommage à M. Paul-Émile VILLENEUVE

Hommage à monsieur Paul-Émile Villeneuve,composé par sa fille Gaétane et lu par sa petite-fille Cindy, à la Maison commémorative familiale Fournier, le samedi 5 septembre 2020, jour de la célébration commémorative. Cher papa, grand-papa, arrière-grand-papa, Fils d’une famille nombreuse, tu perdais ta mère à 14 ans et peu après, tu quittais le nid familial pour gagner ta vie, si jeune. Comme les hommes de ta génération, tu étais le pourvoyeur avant tout. Travaillant, ambitieux et fier : chauffeur de taxi, bûcheron, laitier; plusieurs métiers que tu as exercés afin de vous construire une belle vie. Et puis, avec maman, tu as fondé une grande famille dont tu peux être fier : 5 enfants, 9 petits-enfants et 16 arrière-petits-enfants. Les émotions et les élans démonstratifs ne faisaient pas partie de toi. Pourtant, tu nous aimais à ta façon, souvent en nous donnant de nombreux conseils basés sur ton vécu. Tu as su nous inculquer des principes d’honnêteté, de fierté et d’économie en prévision de nos vieux jours. Avoir de l’ambition, planifier l’avenir pour avoir un toit, une famille, voilà les enseignements qui resteront en chacun de nous. Tu aimais la vie et disais souvent : « Profitons-en, car nous serons morts longtemps. » Pourtant, à la retraite, maman et toi avez vécu une vie au quotidien simple, sans vraiment vous gâter ni vous offrir de bon temps. Nous aurions souhaité de tout coeur vous voir en profiter pleinement. Nous nous souviendrons du chalet, dont la porte était toujours ouverte pour recevoir la visite; de beaux souvenirs. Maintenant, à notre tour, nous aimons réunir la famille comme dans le bon vieux temps… Tu nous auras légué le sens des réunions familiales. Les dernières années n’auront pas été faciles. Tu as tant perdu : biens matériels, mais surtout ton autonomie, ce qui t’a laissé bien amer. Des difficultés d’élocution t’ont empêché d’avoir des conversations compréhensibles avec nous, ce qui te choquait! De ce fait, tes derniers mois sur Terre auront été plutôt isolés… Heureusement, la présence de Sylvie et de Jean-Claude aura adouci tes journées et t’aura apporté un peu de joie. Dans tes derniers moments, nous n’avons pu être là pour t’accompagner; cela nous a profondément bouleversés, mais nos pensées affectueuses t’entouraient. Papa, grand-papa, arrière-grand-papa, Merci de nous avoir donné un toit et une famille aimante où il a fait bon grandir. Merci pour la musique; en jouant de l’accordéon, tu as mis de la joie dans la maisonnée. Merci pour les parties de cartes; tu étais un redoutable adversaire, qui aimait gagner! Merci pour ton sourire et tes farces souvent répétées que nous écoutions d’une oreille avec patience. Merci pour tes conseils que nous mettons en pratique aujourd’hui sans nous en rendre compte. Cher papa, grand-papa, arrière-grand-papa Paul-Émile, nous ne t’oublierons pas; dans nos pensées tu demeureras. Repose en paix maintenant, auprès d’Yvonne notre bien-aimée, ta fidèle compagne pendant de nombreuses années. Reflet des pensées affectueuses de sa progéniture.


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à Mme Anita LANDRY

Hommage à Mme Anita LANDRY

Hommage à madame Anita Landry, lu à Sayabec, le jeudi 30 juillet 2020, jour de la célébration commémorative. Maman, Je me souviens à quel point notre maman était douce, peu de mots, mais d'une grande écoute. Mais la vie n'a pas toujours été facile pour ce petit bout de femme, mais maman a toujours su se relever. Maman a donné sa vie pour ses 12 enfants. Nous avons eu la chance d'avoir une maman comme toi. Nous tes enfants et petits-enfants, on te dit «Merci» ma petite maman. Maman, tu es partie rejoindre papa. Je sais que tu nous regarde de là-haut. Maman va continuer à nous protéger. Si vous levez les yeux vers le ciel, vous allez voir une étoile qui brille plus que toutes les autres, celle-là est notre maman. Ma petite maman, on t'aime. Repose en paix avec ceux que tu aimes.


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à Mme Thérèse GAGNON, DOUCET

Hommage à Mme Thérèse GAGNON, DOUCET

Hommage à madame Thérèse Gagnon, composé et lu par sa fille Pierrette, à la Maison commémorative familiale Fournier, le samedi 22 août 2020, jour de la célébration commémorative. Hommage à maman Du matin au soir, du soir au matin, elle travaillait sans relâche. Elle guérissait tout, depuis les entorses aux chevilles, jusqu’au chagrin d’amour. Elle avait trois paires d’yeux : une paire d’yeux qui voit tout à travers les portes fermées. «Qu’est-ce que vous faites là les enfants», tout en connaissant la réponse. Une autre paire d’yeux derrière la tête pour voir ce qu’elle ne devait pas voir mais qu’elle doit savoir. Et une autre paire d’yeux devant pour regarder les petites bêtises des enfants, des yeux qui disaient quand même, je t’aime et je te comprends, et sans même ouvrir la bouche. Elle était capable de se guérir toute seule quand elle était malade, de préparer un repas pour dix enfants avec une livre de viande. De prendre soin de l’un et de consoler l’autre en même temps. Elle pouvait penser, aimer et apaiser très délicate mais combien résistante. Elle s’appelait maman. Elle était si fière, elle était si belle. Je ne peux pas vous dire tout ce qu’elle à fabriquée de ses mains parce qu’on n’est pas sorti d’icitte. Mon frère me dirait : «Évite les détails» Maman ça ne sera pas facile sans toi. Ses dernières années dans ton petit chez-toi au «Foyer Fleuri », nous ont permis d’avoir des précieux moments bien à chacun, à notre façon avec toi. Nos petits soupers, nos histoires racontées, nos rires aux larmes, nos niaiseries les plus drôles, tu n’en manquais pas une toi non plus. Nous remercions Sylvie, Denise Lacasse et leur équipe pour avoir pris soin de notre maman comme des anges. Demain chacun de nos souvenirs prendrons la place de nos peines. Nous te rendons grâce aujourd’hui pour toutes ses années bien accomplies. Tu as tant donné de ton temps tu nous as appris à aimer la vie. Bon repos avec papa, au revoir honorable petite maman…. De toute ta grande famille.


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à M. Steven GAGNÉ

Hommage à M. Steven GAGNÉ

Hommage à monsieur Steven Gagné, lu à la Maison commémorative familiale Fournier, le lundi 10 août 2020, jour de la célébration commémorative. Je vous présente le deuxième homme de ma vie: mon frère, mon meilleur ami, mon coéquipier de chasse, ma source d’inspiration, l’honnêteté en personne, celui qui m’a donné confiance en moi, celui qui m’a montré à travailler avec une scie et un marteau, un homme réfléchi...fou à certain moment , mais très songé, toujours prêt à aider son prochain et surtout un homme humain, avec ses qualités et ses défauts. Un bon travaillant, timide à l’occasion mais ne manquait surtout pas l’occasion de faire le fou et de s’amuser ! Un fils, un frère, un oncle, un parrain, un cousin, un ami, un beau-frère, un mari et un père exceptionnel ! Sa fille, Annabelle, il en a fait une 2e copie avec ses répliques et ses mimiques... si tu crois Annabelle qu’il avait encore beaucoup à te montrer....non! Il t'a montré et donné le meilleur de lui-même ! Steven, merci d’avoir fait partie de notre vie ! Vivez chaque jour comme s’il était le dernier. Amusez-vous la vie est belle.


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à Mme Marie-Jeanne OUELLET

Hommage à Mme Marie-Jeanne OUELLET

Hommage à madame Marie-Jeanne-Ouellet, lu à la Maison commémorative familiale Fournier de St-Noël, le samedi 25 juillet 2020, jour de la célébration commémorative. Marie-Jeanne tu étais une bonne vivante, pas compliquée du tout. Pour toi, peu importaient les peines et les joies que la vie t'apportait. Tu trouvais toujours un bon côté à la vie, convaincue que tout finirait par s'arranger pour le mieux. Marie-Jeanne, tu étais une femme généreuse. Tu t'inquiétais toujours pour ta famille. Tu ne voulais pas à aucun prix, qu'il lui arrive quelque chose. Tu n'avais pas peur de donner de ton temps pour aider les autres : des petits travaux pour les uns, un petit coup de main pour le autres et un petit voyage pour aller conduire et accompagner quelqu'un à l'hôpital à un rendez-vous, à l'épicerie et j'en passe. Tu étais aussi une personne courageuse. Tu as partagé de beaux moments avec tes enfants que ce soit pour la glissade l'hiver, la baignade l'été et bien d'autres activités dont ils se souviennent tous. Malgré la perte de quatre enfants, tu as pris ton courage à deux mains pour bien t'occuper de ton mari, de Diane, Johanne et Francis tout en vaquant au train-train quotidien. Marie-Jeanne, tu nous donnais souvent l'impression d'être une femme inébranlable, mais au fond, quand on te connaissait bien, tu étais une grande sensible, une femme de coeur. Tu as travaillé comme concierge à l'école pendant seize ans. Tu adorais ton boulot et tu t'occupais très bien des jeunes. Tu étais là tous les matins, beau temps, mauvais temps, sourire aux lèvres et à la fin de la journée, je peux affirmer que la vadrouille n'avait plus de secrets pour toi. Je dirais même que parfois, c'était un défoulement. Tu as servi au sein de la Garde paroissiale durant vingt ans et tu en as été aussi la secrétaire. Tu as aussi été membre de plusieurs organismes de la municipalité­. Marie-Jeanne, tes enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants étaient ta priorité. Tu les aimais et tu aurais fait n'importe quoi pour eux afin de t'assurer de leur bien-être. Ils ont tous en tête le souvenir de nombreuses situations où tu as été là pour les écouter, les épauler, les encourager, les conseiller. Le fait de leur jouer des tours et de t'en faire jouer, de t'amuser avec eux, de leur cuisiner de bons repas et bien sûr, des petites gâteries, t'ont permis de garder ton coeur d'enfant, un coeur en or comme toutes les mamans et grands-mamans. Marie-Jeanne, la vie a fait que tu es partie un peu trop vite à leur goût. Tu vas leur manquer mais tu seras toujours présente dans leur coeur et tu les accompagneras chaque jour du reste de leur vie. Pour certains, le téléphone a cessé de sonner pour d'autres, les visites ont également cessé, laissant un grand vide au sein de ta famille et de ta famille élargie. Les dernières années de ta vie, tu as vécu un peu plus pour toi-Même. Tu t'es fait plaisir. Tu t'es gâtée autrement dit, tu t'es fait des cadeaux à toi, de toi. Par exemple : tu te permettais d'aller au restaurant à chaque fois que ça te tentait. Tu partais pour St-Adelme rendre visite à des gens de ta famille. Tu comprends qu'il est impossible d'énumérer toutes les petites balades effectuées en auto avec tes amies. Marie-Jeanne, je dois te dire que tes enfants étaient et seront toujours fiers de toi. Ils te remercient d'avoir illuminé leur chemin tout au long de ta vie. Pour terminer, je crois que tous les gens réunis ici aujourd'hui sont persuadés que tu as fait bonne route, que tu as apprécié ce dernier voyage et que tu t'es laissée conduire sagement vers ta nouvelle maison. Pour une fois que c'était pas toi qui avais les deux mains sur le volant, j'espère que tu en as profité pour admirer le magnifique ciel rempli d'étoiles qui t'attendaient pour te serrer dans leurs bras. (quelques mots de Cindy, petite-fille de Marie-Jeanne) Mamie n'avait pas peur de la mort. Sa plus grand peur, c'était de laisser ses enfants, ses petits-enfants et ses arrière-petits-enfants dans ce monde en sachant que personne ne les aimerait autant qu'elle. Maman, Mamie, Mamie Jeanne, sois rassurée, tu vivras en chacun de nous et lorsque nous parlerons de toi, ce sera avec le sourire, un sourire complice. Tendrement Ta famille qui t'aime.


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à Mme Gertrude LÉVESQUE, AYOTTE

Hommage à Mme Gertrude LÉVESQUE, AYOTTE

Hommage à madame Gertrude Lévesque, lu à la Salle des rituels de la Maison commémorative familiale Fournier à Amqui, le 21 mai 2020, jour de la célébration commémorative. Maman, Gertrude est née le 29 août 1923 à St-Gabriel de Rimouski. À l’âge de 11 ans, ses parents, Aurélie Rioux et Louis-Étienne Lévesque, sont venus s’installer à St-Zénon du Lac-Humqui. Elle était la 5ème d’une famille de 16 enfants. Elle s’est mariée le 22 juillet 1939 avec Léopold Ayotte de St-Léon-Le-Grand et ils vécurent dans l’amour durant 48 ans. Leur union a fait de nous aujourd’hui une grande famille de 15 enfants dont 10 jolies filles et 5 beaux garçons, 35 petits-enfants ont suivi ainsi que 62 arrière-petits enfants dont elle était très fière. Voici maintenant quelques réflexions concernant le vécu de Maman durant ses 96 ans. Chère Maman, Nous voulons couronner ta vie vécue dans l’humilité et la prière. Tu as toujours eu le courage de vivre le réel tel qu’il était. Tu nous as montré par ta mort, dans la lucidité, l’acceptation de la souffrance et tu nous as donné un exemple de vie remplie d’amour. Tu nous disais souvent ces mots ‘’Je t’aime’’, ‘’ma chérie’’, ‘’mon ange’’, ‘’mon amour’’... Souvenons-nous de ces paroles d’amour et soyons des témoins de sa vie. Maman a quitté son enveloppe mortelle mais son Esprit est toujours vivant. Maman est avec nous. Elle est là où elle a vécu avant que son corps ne meure et elle est là avec son Dieu. Oui la mort met fin à la vie terrestre mais pas à la relation entre nous. Aujourd’hui nous te disons : Chère Maman, Merci pour ton amour inconditionnel. Nous t’aimons de tout notre coeur… Va vers la Lumière divine! Vole, vole petite Maman, Tes yeux bleus voient maintenant, Vole, vole …..tout doucement, Vers le beau Firmament. C’est beaucoup plus beau qu’on le dit, Et c’est jamais aussi loin qu’on le pense, C’est ton envol vers le Paradis, Et c’est là que les anges dansent ! En terminant, je te dis chère maman, Tu es sûrement à la Fête avec papa, embrasse-le pour nous tous… Merci et Au revoir Chère Mamie!


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à Mme Rita MORIN, CARRÉ

Hommage à Mme Rita MORIN, CARRÉ

Hommage à madame Rita Morin, lu à la Salle des rituels de la Maison commémorative familiale Fournier, le lundi 20 juillet 2020, jour de la célébration commémorative. Grand-maman, Vous nous avez quittés depuis déjà une semaine, après 91 années bien remplies. Vous avez su au fil de ces années, nous inculquer des valeurs comme celles de la famille, de l'amour de la terre, de la bonté, de la gentillesse, de la fierté et même de l'importance d'avoir un bon sens de l'humour. Nous nous rappelons de plusieurs anecdotes sur la ferme qui nous ont été comptées. Par exemple : vous qui agissiez comme gardienne des poules, vous qui preniez soins de vos grands potagers qui permettaient de nourrir la famille tout en alimentant les vaches grâce aux navets. Tout au long de notre jeunesse, nous avons su passer de bons moments à vos côtés, en famille. Que ce soit par de petits cadeaux ponctuels ou encore par de simples repas de notre grande famille à St-Léon, nous vous remercions d'avoir joué votre rôle de grand-mère des plus belles façons. Ce rôle s'est d'ailleurs poursuivi dans notre vie d'adulte. Depuis ce moment, nous profitions de chacun de nos échanges avec vous pour en savoir plus sur vous et pour assurer la transmission de votre savoir. Tous ces échanges ont d'autant plus renforcé les valeurs que vous nous avez inculquées au fil de ces années. Nous tenons donc à vous remercier de tout ce bagage, d'avoir semé une graine dans nos esprits à tendre vers un monde auto-suffisant, tout en préservant une unité familiale forte. Nous vous souhaitons un bon voyage. Veillez sur nous en compagnie de Victoric. Vous continuerez d'illuminer notre quotidien par votre belle lumière. Jour après jour, nous vous regarderons briller dans le ciel, telle l'étoile que vous êtes devenue.


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à Mme Laurette ST-LAURENT, SIMARD

Hommage à Mme Laurette ST-LAURENT, SIMARD

Hommage à madame Laurette St-Laurent, lu à la Salle des rituels de la Maison commémorative familiale Fournier à Amqui, le samedi 18 juillet 2020, jour de la célébration commémorative. Hommage à une femme considérable Il va sans dire qu'on se souviendra de Laurette comme étant la personne la plus douce et la plus généreuse qui soit. Sa personnalité reflétait la tendresse et la délicatesse. Toujours chaleureuse et accueillante, elle avait le coeur sur la main. Quiconque entrait chez-elle, ne ressortait jamais les mains vides. Laurette était la gentillesse incarnée. Cette femme représentait l'amour, le bonheur, la politesse, la patience, la foi, la douceur absolue. Laurette, une épouse authentique. Une partenaire de vie idéale et incomparable. Sincérité, fidélité et surtout amour, se dégageait de ses yeux pour son cher Léandre. L'amour, el vrai, comme on en a qu'un seul dans une vie. Le modèle d'une complicité à suivre. Pour le meilleur et pour le pire, jusqu'au bout. Laurette, la mère dévouée et aimante. Celle qui donnait sans compter. Une mère exemplaire qui ne disait jamais un mot plus haut que l'autre. Sa foi inébranlable faisait d'elle une mère aux valeurs positives enracinées au plus profond d'elle-même. Une éducation favorable assurée pour ses enfants. Laurette, la grand-mère que tout le monde voudrait avoir eu la chance de partager ce lien si précieux. Elle traitait ses petits-enfants avec soins et ils étaient toujours bien reçus. Le sourire aux lèvres, les bras grands ouverts, elle leur partageait son affection et leur montrait à quel point ils étaient importants pour elle. Ses câlins réconfortants, ses bisous à n'en plus finir, elle était dont heureuse de les voir à chaque fois. On pouvait voir à travers ses yeux toute la fierté qu'elle éprouvait envers eux. Laurette, l'amie appréciée de tous. Attentive, à l'écoute et bienveillante, on ne pouvait que s'attacher à sa belle personnalité et à sa grande bonté. Compréhensive et toujours pleine de reconnaissance, elle était l'amie essentielle sur qui compter. Tout compte fait, quelque soit la raison pour laquelle nous l'avons côtoyée, il en demeure une évidence que ce fut un honneur de partager des moments auprès d'elle, quelqu'en était le lien qui nous unissait. Tu étais pour nous une femme admirable et une modèle de par ta personnalité positive. Aujourd'hui, quelque part entre la lumière du soleil, de la lune et des étoiles, tu es là à veiller sur chacun d'entre nous. Saches que tu seras à jamais dans nos coeurs et que ce fut un honneur de t'avoir dans nos vies. Repose en paix maintenant, tu peux te reposer. On t'aime.


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à M. Bertrand CHARETTE

Hommage à M. Bertrand CHARETTE

Hommage à monsieur Bertrand Charette, lu en l'église de St-Vianney, le vendredi 17 juillet 2020, jour de la célébration commémorative. Cher papa, Tous les souvenirs se bousculent et voudraient se révéler comme des témoins d'une vie merveilleuse si bien remplie. T'en souviens-tu? À quatorze ans, allant bûcher comme il fallait de la bravoure, comme il fallait de la vaillance, pour mâter ces grands billots, sauter de l'un à l'autre en se moquant des rapides et du danger. Force oblige, il fallait bien tracer sa route. Quelle fierté ressentons-nous lorsque tu deviens surintendant de chantier et du moulin. Rien ne t'arrêtait. Tu avais le vent dans les voiles... Rien ne te résistait, pas même les érables dont tu savais tirer le meilleur, quatre mille entailles, des tonnes de sucre, des heures de travail, de joies et de bonheur. La tête remplie de projets, tu étais une force vive que tu partageais avec tous. Ton titre de maire de paroisse, tu l'avais bien mérité. Neuf enfants, ce n'était pas assez. Il te fallait tout une communauté. Avec autant d'occupations, tu trouvais le moyen d'avoir du temps libre pour tout ce qui marchait à quatre pattes. Un sac sur le dos, des milles à pied et quatre jours plus tard, il était tombé. Il fallait une bonne dose de détermination, un sens aigu de l'observation, une force de caractère et des nerfs d'acier pour partir dans les bois, beau temps, mauvais temps. Et oui ! Tu nous en as fait vivre des aventures, car avec toi, rien n'était banal. Mais sans doute le plus merveilleux de nos souvenirs, c'est le dimanche lorsque tu nous conduisais au lac avec maman accompagnée de tous nos amis. Vingt-deux personnes dans la boîte du camion, toute une marmaille avec qui tu partageais ta joie de vivre. C'était la belle école de la vie. On y apprenait le partage, l'amitié et l'amour de la nature. Tu étais pour nous, un exemple par tes passions et tes ambitions. Tu nous as enseigné qu'il n'est de plus grand cadeau que celui que l'on donne. Tu nous as démontré que l'avenir prend la couleur de ce que l'on fait par amour et le temps qu'on y a investi. Ainsi quelques fois, le bonheur se trouve à la pêche, dans le bricolage et dans le jardinage. Nous te voyons encore cueillir ces petits fruits, faire tes mouches, élever tes vers pour la pêche, bâtir tes cabanes d'oiseaux et t'occuper des lapins. Avec autant de talents, si tu le pouvais, c'est certain que t'aurais pu trouver le moyen pour forcer la journée à durée toute la nuit pour te donner le temps d'arriver pour tout faire. Ce sens merveilleux de la famille, tes grandes valeurs et tous tes rêves, nous ont donné la force pour vivre et pour affronter les embûches. Surtout durant ces quatre dernières années ou la mémoire t'a faite fausse route. Tous ces dimanches chez Gratien et Louise. Que de beaux moments passés à tes côtés resteront à jamais gravés dans nos coeurs. Mission accomplie, une vie bien remplie avec tes neuf enfants, 16 petits-enfants et 21 arrière-petits-enfants. Merci ! Tes enfants qui t'aiment.


Facebook Partager sur Facebook

Hommage à M. Claude TARDIF

Hommage à M. Claude TARDIF

Hommage à monsieur Claude Tardif, composé et lu par sa fille Catherine, à la Maison commémorative familiale Fournier à Causapscal, le vendredi 3 juillet 2020, jour de la célébration commémorative. Mon papa, un homme de coeur. Tu as été le premier à me tenir la main et tu ne l'as jamais lâchée. Tu as fais le choix d'être mon père, de m'aimer toute la vie et tu as joué ton rôle jusqu'à ton dernier souffle. Jamais, j'aurais pu souhaiter avoir un meilleur papa. Tu étais pour moi une fierté. De par tes jokes plates que tout le monde aimait, jusqu'à ton regard réconfortant en passant par ton sourire en coin qui voulait tout dire. Tu n'étais pas bavard, mais tu savais comment te faire aimer. On était à l'aise avec toi car c'était jamais compliqué. Ta générosité légendaire était incomparable, toujours prêt à offrir, à donner, à partager. Tu étais un grand homme, mon père. Amoureux depuis 40 ans, papa depuis 27 ans, beau-père depuis 5 ans et papi depuis 3 ans, nous ta famille, tes amours, j'ai toujours su qu'on était ton monde entier, ton ancrage, ton bonheur. On t'aimait tellement. Les garçons t'aimaient tellement papa. Je te promets de te garder vivant dans nos coeurs. Tu peux t'envoler mon beau papillon, mon papa, premier homme de ma vie.


Facebook Partager sur Facebook
Pages :
Nous suivre